Elle attend …

.

.
Elle attend ….
.

.
Elle attend là, inlassablement,

Que la vague l’emporte,

Qu’on lui ouvre la porte.

Etat d’esprit libre, paisible, serein,

Le vent lui caresse les seins.

Elle rêve, elle rêve bien éveillée,

Que le Bonheur immense

Lui apporte à outrance 

Une fièvre des plus intense.

Son corps nu sur la Terre,

La tête en haut, les yeux en l’air…

Elle attend patiemment, le Va et Vient de son amant. 
.

.
❤️ Véronique Galvao ❤️
.

.

Dans l’Ombre et l’Extase Suprême …

.

.
Toute la vie d’un coeur – 1822 – Quinze-vingt
.

.
Nous étions seuls dans l’ombre et l’extase suprême. 

Elle disait : je t’aime ! et je disais : je t’aime ! 

Elle disait : toujours ! et je disais : toujours ! 

Elle ajoutait : nos coeurs sont époux, nos amours 

Vaincront la destinée, et rien ne me tourmente, 

Étant, toi le plus fort, et moi, la plus aimante. 

Et moi, je reprenais : la ville est sombre, vois. 

La sagesse serait de vivre dans les bois. 

Elle me répondait : vivons-y, soyons sages.
.

.
Si vous voulez savoir le chiffre de nos âges, 

Elle quinze, et moi vingt : à nous deux nous faisions 

Un aveugle. Et nos yeux étaient pleins de rayons.
.

.
❤️ Victor Hugo ❤️
.

.