Naissance

.

.
Naissance
.

.
A la source que pas plus d’ombre,

A la source où gai le sang,

Bouillie de provinces, de lits,

Plus oreiller que tous les seins, —

La source

Plus que géante pour le chaud.
.

.

Matin de printemps.

Sur la colline
.

.
Les choux étaient plus ventres que les ventres.

.

.

Car la source n’est plus la source,
Crachait des pierres, et dans la bouche

Un bout de sein vieux.
.

.
La tête
.

.

Voulait mouiller de son sang l’herbe douce
.

.

Et dormir.
.

.
Venant de par delà les sources et de l’endroit
.

.
Où les merles s’en vont chercher leurs becs si jaunes :

.

.

Je vous salue, dit-il,

Comme il se doit,
.

.

Et vous révère,
En attendant.

.

.
Mère aux larmes brûlantes, l’homme fut chassé de
.

.
[vous —
.

.

De vos tendres ténèbres,

.

.
De votre chambre de muqueuses.
.

Le pain du condamné, la sueur des aisselles,

Le gras du doigt sur la fenêtre.
.

.
Aux alentours du froid

Pouvoir soigner la rose.
.

.

Un oiseau coupé

Saigne dans la nuit

Sur la cathédrale

Et bat des nuages.
.

.

«

J’étais bien dans les grottes «

Aux montagnes du père «

Dans le sein de la fleur. »
.

.
❤ Edouard Glissant ❤
.

.

Publicités