La rumba du Pinceau

Juste pour le Plaisir …. 😉
.

.

.

.

Publicités

QUESTIONS (24)

QUESTIONS (24)

.

.
Suffira-t-il d’un coup de pinceau

Pour effacer chacun des morceaux

De ce monde où règne l’Ego,

Où « je crois en moi » est le seul Credo ?

.

.
*** Idéelle, le 31 mars 2016 ***
.

.

Peintre excellent, dont le pinceau subtil … 

image.

.
Peintre excellent, dont le pinceau subtil
.

.
Peintre excellent, dont le pinceau subtil

Peut imiter, voire passer Nature,

Se faisant voir inimitable outil

Alors qu’il trace une rare peinture,
.

.
Dis-moi, veux-tu sur un tableau tirer

Le gai printemps et son fleuri visage,

Où l’oei1 humain ne cesse de mirer,

Ravi de voir quelque beau paysage ?
.

.
Il n’est besoin de peindre soutenu

Le ciel d’un mont, ni Phoebus qui éclaire,

Ni quelque nymphe ou satyre cornu,

Ni des prés verts ni d’un fleuve l’eau claire […]
.

.
Pourtrais sans plus la parfaite beauté

De ma maîtresse et la prends pour modèle,

Et tire au vif son corsage emprunté,

Tu n’as besoin d’autre chose que d’elle.
.

.
De vert gaillard fournira son double oeil,

Oeil de Minerve où verdit l’émeraude,

Et d’abondant il sera le Soleil,

Pour celui-là qui tout le monde rôde.
.

.
Ses blonds cheveux ondeusement épars,

Où les Amours à l’échine volage

Ainsi qu’oiseaux volent de toutes parts,

Sont les rameaux et le joli feuillage.
.

.
Pour les Zéphyrs doucement ventelés,

Pourra servir son vent et son haleine,

Son front fournit de blancs lis et d’oeillets,

Son respirer de thym et marjolaine…
.

.
❤️ Jean Godard ❤️
.

.

Les Yeux d’Elsa

.

.
Tes yeux sont si profonds qu’en me penchant pour boire

J’ai vu tous les soleils y venir se mirer

S’y jeter à mourir tous les désespérés

Tes yeux sont si profonds que j’y perds la mémoire
.

.
A l’ombre des oiseaux c’est l’océan troublé

Puis le beau temps soudain se lève et tes yeux changent

L’été taille la nue au tablier des anges

Le ciel n’est jamais bleu comme il l’est sur les blés
.

.
Les vents chassent en vain les chagrins de l’azur

Tes yeux plus clairs que lui lorsqu’une larme y luit

Tes yeux rendent jaloux le ciel d’après la pluie

Le verre n’est jamais si bleu qu’à sa brisure
.

.
Mère des Sept douleurs ô lumière mouillée

Sept glaives ont percé le prisme des couleurs

Le jour est plus poignant qui point entre les pleurs

L’iris troué de noir plus bleu d’être endeuillé
.

.
Tes yeux dans le malheur ouvrent la double brèche

Par où se reproduit le miracle des Rois

Lorsque le cœur battant ils virent tous les trois

Le manteau de Marie accroché dans la crèche
.

.
Une bouche suffit au mois de Mai des mots

Pour toutes les chansons et pour tous les hélas

Trop peu d’un firmament pour des millions d’astres

Il leur fallait tes yeux et leurs secrets gémeaux
.

.
L’enfant accaparé par les belles images

Ecarquille les siens moins démesurément

Quand tu fais les grands yeux je ne sais si tu mens

On dirait que l’averse ouvre des fleurs sauvages
.

.
…Cachent-ils des éclairs dans cette lavande où

Des insectes défont leurs amours violentes

Je suis pris au filet des étoiles filantes

Comme un marin qui meurt en mer en plein mois d’août
.

.
J’ai retiré ce radium de la pechblende

Et j’ai brûlé mes doigts à ce feu défendu

O paradis cent fois retrouvé reperdu

Tes yeux sont mon Pérou ma Golconde mes Indes…
.

.
Il advint qu’un beau soir l’univers se brisa

Sur des récifs que les naufrageurs enflammèrent

Moi je voyais briller au-dessus de la mer

Les yeux d’Elsa les yeux d’Elsa les yeux d’Elsa
.

.

Les Yeux

.
.

Les yeux

.
.

Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,

Des yeux sans nombre ont vu l’aurore ;

Ils dorment au fond des tombeaux

Et le soleil se lève encore.

.
.

Les nuits plus douces que les jours

Ont enchanté des yeux sans nombre ;

Les étoiles brillent toujours

Et les yeux se sont remplis d’ombre.

.
.

Oh ! qu’ils aient perdu le regard,

Non, non, cela n’est pas possible !

Ils se sont tournés quelque part

Vers ce qu’on nomme l’invisible ;

.
.

Et comme les astres penchants,

Nous quittent, mais au ciel demeurent,

Les prunelles ont leurs couchants,

Mais il n’est pas vrai qu’elles meurent :

.
.

Bleus ou noirs, tous aimés, tous beaux,

Ouverts à quelque immense aurore,

De l’autre côté des tombeaux

Les yeux qu’on ferme voient encore.
.
.

❤️ René-François SULLY PRUDHOMME ❤️
.

.