Tristesse Blanche …

.

.
Tristesse blanche
.

.
Et nos coeurs sont profonds et vides comme un gouffre,

Ma chère, allons-nous-en, tu souffres et je souffre.
.

.
Fuyons vers le castel de nos Idéals blancs,

Oui, fuyons la Matière aux yeux ensorcelants.
.

.
Aux plages de Thulé, vers l’île des Mensonges,

Sur la nef des vingt ans fuyons comme des songes.
.

.
Il est un pays d’or plein de lieds et d’oiseaux,

Nous dormirons tous deux aux frais lits des roseaux.
.

.
Nous nous reposerons des intimes désastres,

Dans des rythmes de flûte, à la valse des astres.
.

.
Fuyons vers le château de nos Idéals blancs,

Oh ! fuyons la Matière aux yeux ensorcelants.
.

.
Veux-tu mourir, dis-moi ? Tu souffres et je souffre,

Et nos coeurs sont profonds et vides comme un gouffre.
.

.

❤️ Emile NELLIGAN ❤️
.

.

« CHOPIN »

.

Chopin
.

.
Fais, au blanc frisson de tes doigts,

Gémir encore, ô ma maîtresse !

Cette marche dont la caresse

Jadis extasia les rois.
.

.
Sous les lustres aux prismes froids,

Donne à ce coeur sa morne ivresse,

Aux soirs de funèbre paresse

Coulés dans ton boudoir hongrois.
.

.
Que ton piano vibre et pleure,

Et que j’oublie avec toi l’heure

Dans un Eden, on ne sait où…
.

.
Oh ! fais un peu que je comprenne

Cette âme aux sons noirs qui m’entraîne

Et m’a rendu malade et fou !
.

.

❤️ Emile NELLIGAN (1879-1941) ❤️
.

.