L’aveu … 

.

.
… Allez savoir pourquoi, allez savoir ce que vous m’aviez fait … Vous ne pourriez jamais comprendre ce qu’il en est d’être moi, mais d’une certaine façon, cette derniere nuit où nous nous promenions dans Istanbul, vous être devenue mon Amie. Comme le dit la chanson, vous m’avez frolé l’âme et m’avez changé, comment vous pardonner d’avoir fait naître en moi l’envie d’aimer et d’être aimé ? D’une façon très étrange, vous avez fait de moi un meilleur peintre, peut-être meme un homme meilleur. Ne vous meprenez pas, cela n’est nullement de ma part l’aveu de sentiments troublés que je vous porterais, mais une sincere declaration d’amitié. De telles choses peuvent se dire entre amis, n’est-ce pas ? 
.

.
 » L’étrange Voyage de Monsieur Daldry – Marc Levy »
.

.

Publicités

Fleur Coupée (2)

.

.
…. Parce que voir souffrir ma mère m’a fait comprendre que pour un homme, aimer, c’est cueillir la beauté d’une femme, la mettre sous serre, pour qu’elle s’y sente à l’abri et la chérir … jusqu’à ce que le temps la fane, alors les hommes repartent cueillir d’autres coeurs … Je me suis fait la promesse que si un jour il m’arrivait d’aimer, d’aimer vraiment, alors je préserverais la fleur et m’interdirais de la couper …
(« Daldry » – Marc Levy)
.

.