L’auteur #1

John STEINBECK

(Son oeuvre)

(1962)

John Ernest Steinbeck est un écrivain américain, né le 27 février 1902 à Salinas, aux Etats-unis et décédé le 20 décembre 1968 à New-York.

Il est le fils de John Steinbeck Senior, trésorier, et d’Olive, une enseignante. Il a deux sœurs plus âgées que lui (Elizabeth et Esther) et une plus jeune (Mary). Son grand-père paternel est d’origine allemande.

Après le lycée de Salinas, il étudie à l’université de Stanford, mais abandonne ses études et part à New York en 1925 où il occupe divers emplois (reporter, apprenti peintre, maçon, ouvrier et chimiste). Il travaille brièvement au New York American (un journal quotidien), mais rentre à Salinas dès 1926.

Il publie en 1929 un premier roman, « La Coupe d’or » (Cup of Gold), une fiction historique, qui ne rencontre pas le succès. En 1932, il publie « Les Pâturages du ciel » (The Pastures of Heaven), un recueil de nouvelles se situant dans la ville de Monterey. En 1933, il publie « Le Poney rouge » (The Red Pony) et « Au dieu inconnu » (To a God Unknown).

« Tortilla Flat », écrit en 1935, lui vaut son premier prix littéraire, la médaille d’or du meilleur roman écrit par un Californien décernée par le Commonwealth Club of California. Cette histoire humoristique lui assure le succès.

En 1936, il publie « Des souris et des hommes » (Of Mice and Men) et « En un combat douteux » (In Dubious Battle).

Pour l’écriture « Des souris et des hommes », Steinbeck s’appuie sur sa propre expérience professionnelle. En effet, le jeune John passe ses étés à travailler dans des ranchs à proximité de chez lui et, plus tard, avec des travailleurs migrants dans une exploitation de betteraves à sucre, à Spreckels, à 5 km de Salinas. Là, il côtoie les aspects les plus durs de la vie de migrant et le côté sombre de la nature humaine.

Trois ans plus tard parait, ce qu’il considère comme sa meilleure œuvre, « Les Raisins de la colère » (The Grapes of Wrath, 1939). Il est considéré comme le plus grand roman décrivant la crise sociale qui sévissait à l’époque. En 1940, lorsque le roman est adapté au cinéma par John Ford, il reçoit le prix Pulitzer.

Après avoir écrit « Rue de la sardine » (Cannery Row) en 1945, il commence ses recherches pour l’écriture de « À l’est d’Éden » (East of Eden). En 1952, il participe au film d’Elia Kazan, « Viva Zapata! » et publie « À l’est d’Éden ».

Il publie en 1954 « Tendre jeudi » (Sweet Thursday). Une comédie musicale, « Pipe Dream », en est tirée en 1955. En 1961, il publie « L’Hiver de notre mécontentement » (The Winter of Our Discontent), son dernier roman, traduit par la suite sous le titre « Une saison amère ».

Il reçoit le prix Nobel de littérature en 1962 « pour ses écrits réalistes et imaginatifs, combinant comme il faut l’humour sympathique et la perception sociale » et la médaille de la Liberté des États-Unis en 1964.

En 1966 est publié son ultime livre, « Un artiste engagé » (America and Americans ), un recueil de reportages, de chroniques et d’essais politiques.

.