Mon Enfance captive … 

.

.
Mon enfance captive a vécu dans des pierres,

Dans la ville où sans fin, vomissant le charbon,

L’usine en feu dévore un peuple moribond.

Et pour voir des jardins je fermais les paupières…
.

.
J’ai grandi ; j’ai rêvé d’orient, de lumières,

De rivages de fleurs où l’air tiède sent bon,

De cités aux noms d’or, et, seigneur vagabond,

De pavés florentins où traîner des rapières.
.

.
Puis je pris en dégoût le carton du décor

Et maintenant, j’entends en moi l’âme du nord

Qui chante, et chaque jour j’aime d’un coeur plus fort
.

.
Ton air de sainte femme, ô ma terre de Flandre,

Ton peuple grave et droit, ennemi de l’esclandre,

Ta douceur de misère où le coeur se sent prendre,
.

.
Tes marais, tes prés verts où rouissent les lins,

Tes bateaux, ton ciel gris où tournent les moulins,

Et cette veuve en noir avec ses orphelins…
.

.
❤️ Albert Samain ❤️
.

.

Le marché

.

.
Le marché
.

.
Sur la petite place, au lever de l’aurore,

Le marché rit joyeux, bruyant, multicolore,

Pêle-mêle étalant sur ses tréteaux boiteux

Ses fromages, ses fruits, son miel, ses paniers d’oeufs,

Et, sur la dalle où coule une eau toujours nouvelle,

Ses poissons d’argent clair, qu’une âpre odeur révèle.

Mylène, sa petite Alidé par la main,

Dans la foule se fraie avec peine un chemin,

S’attarde à chaque étal, va, vient, revient, s’arrête,

Aux appels trop pressants parfois tourne la tête,

Soupèse quelque fruit, marchande les primeurs

Ou s’éloigne au milieu d’insolentes clameurs.

L’enfant la suit, heureuse ; elle adore la foule,

Les cris, les grognements, le vent frais, l’eau qui coule,

L’auberge au seuil bruyant, les petits ânes gris,

Et le pavé jonché partout de verts débris.

Mylène a fait son choix de fruits et de légumes ;

Elle ajoute un canard vivant aux belles plumes !

Alidé bat des mains, quand, pour la contenter,

La mère donne enfin son panier à porter.

La charge fait plier son bras, mais déjà fière,

L’enfant part sans rien dire et se cambre en arrière,

Pendant que le canard, discordant prisonnier,

Crie et passe un bec jaune aux treilles du panier.
.

.
❤️ Albert SAMAIN ❤️
.

.

.

.

( source : http://perso.calixo.net/~knarf/marche/marche.htm

« Georges Roth devant son stand au marché de Wintzenheim, où il vendait chaque semaine ses fruits et légumes. Derrière le stand, sa fille Lili » )