Débrief …. 

.

.
La lettre publiée ici hier est en fait un extrait d’une longue lettre d’une dizaine de pages de Hermann Hesse à J.K., un jeune artiste qui l’interroge sur sa motivation et le chemin qu’il doit suivre. 
.

.
Cette lettre à été publiée en format Poche. 

.


.

.
L’idée première d’Hermann est très certainement d’agir en guide, en père accompagnant son fils …. pour terminer en professeur : « Je m’aperçois que ma lettre est presque devenue une dissertation. J’en ferai donc tirer des copies et, à l’occasion, je la ferai lire à d’autres personnes. » 
.

.
Le but d’Hermann Hesse est expliquer au « jeune artiste » que le chemin idéal et tout tracé n’existe pas, qu’il faut se méfier des valeurs trop générales et des moules dans lesquels les gens se coulent, en particulier les artistes. Chacun possède une vérité intérieure qu’il se doit de trouver et pour ce faire, il doit parcourir son propre sentier tout en gardant à l’esprit qu’il ne faut pas trop exiger ni vouloir plus que ce qu’il n’est possible d’obtenir. 

.

.
Une surdose d’idéalisation ne peut que mener à la déception, voire au fanatisme et à la guerre. Hesse a des mots durs envers ses contemporains, grisés par les illusions et les promesses du bonheur absolu. Ce cheminement personnel ne se fait évidemment pas sans efforts, ceux-ci seront nombreux et durs, surtout en cette période de perte des valeurs humaines dans la société.
.

.
On devine la désillusion de Hesse, liée aux événements de l’époque mais aussi à sa propre vie, dans chaque ligne de ce récit. Il s’en dégage cependant un formidable message d’encouragement et de lucidité, une grande force morale qui ne peut qu’inspirer le respect et conduire à explorer d’autres terres, les siennes.
.

.
N’ayant pas lu, pas encore lu la totalité de la Lettre d’Hermann Hesse, je me suis « très fortement » appuyée sur une analyse existante mais qui résonne parfaitement avec mon ressenti de ce que j’ai pu lire de ladite lettre.
.

.

(http://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/8936)