Marche mon M ! 

Marche mon M …
.

.
Je ne sais plus la regarder cette statut sans te voir, marcher …. Ainsi me reviennent en mémoire des images de Toi … Inconnues et pourtant si vivaces …
.

.
Tes marches au hasard dans ta forêt du bout du monde, autour de ta cabane endormie, à ne plus croire au réveil … Celles d’Afrique, les toutes premieres à quatre ou deux pattes … caressant les serpents, doux et chauds …. 
.

.
Tes pas de grands voyageurs, des bancs de facs aux geôles lusitaniennes … Marche Mon Beau Philosophe, marche en corps, marche toujours …
.

.
Laisse tes pas de père te porter à l’Amour Inconditionnel … Tes pas d’Hommes te rechauffer aux feux de la Passion Humaine ! Et surtout, ne bride pas le mécreant qui vit au coeur de l’Homme, laisse le trouver le chemin jusqu’à celle qui déjà t’appartient, laisse la te conduire, même incrédule, au-delà du pont de l’arc-en-ciel ! 
.

.
Je ne sais plus la regarder cette statut sans te voir, marcher …. 
.

.

*** Véronique, le 15 décembre 2015 ***
.

.
L’homme qui marche, Giacometti ❤️
.
  

Face à la folie des Hommes

FACE A LA FOLIE DES HOMMES

.
Muette,

Sourde, 

Aveugle 
.
Je voudrais l’être, 

Face à la Folie des Hommes …
.

Rebelle,

Guerrière,

Vengeresse
.
Je pourrais l’être, 

Face à la Folie des Hommes …
.
Harpie,

Méchante,

Intolérante,

.
Je me perdrai 

Face à la Folie des Hommes
.
Naïveté, 

Innocence, 

Tolérance
.
J’aspirerai sans cesse à Vous sauver

Face à la Folie des Hommes. 

.

*** Idéelle, 18 novembre 2015 ***

.

  

Entre Semailles et Moissons

C’est entre Semailles et Moissons
                    ******
C’est entre Semailles et Moissons

Que nous déclinerons nos Saisons.

Aux portes de l’Hiver

Toujours plus Fiers

Et admiratifs de leurs printemps

Dressés comme un défi au temps …
                     ******
C’est entre Semailles et Moissons

Qu’ensemble nous fuirons

Cet incontournable Hiver,

Souhaitant vivre à l’envers,

Oubliant de compter les ans

En courant après le vent …
                  ******
C’est entre Semailles et Moissons

Que nous nous arrêterons

Pour affronter le plus long des hivers,

Sur un coin de notre terre,

Tout un espérant, inlassablement,

Que la vérité repose dans les sacrements …
.

*** Idéelle, le 6 novembre 2015 ***