A Madame

.

.

 A madame
.

.
Ô laissez-vous aimer !… ce n’est pas un retour, 

Ce n’est pas un aveu que mon ardeur réclame ; 

Ce n’est pas de verser mon âme dans votre âme, 

Ni de vous enivrer des langueurs de l’amour ;
.

.
Ce n’est pas d’enlacer en mes bras le contour 

De ces bras, de ce sein ; d’embraser de ma flamme 

Ces lèvres de corail si fraîches ; non, madame, 

Mon feu pour vous est pur, aussi pur que le jour.
.

.
Mais seulement, le soir, vous parler à la fête, 

Et tout bas, bien longtemps, vers vous penchant la tête, 

Murmurer de ces riens qui vous savent charmer ;
.

.
Voir vos yeux indulgents plus mollement reluire ;

Puis prendre votre main, et, courant, vous conduire

A la danse légère… ô laissez-vous aimer !
.

.
❤ Charles SAINTE-BEUVE ❤
.

.

Chacun en sa beauté…

.

.
Chacun en sa beauté…
.

.
Chacun en sa beauté vante ce qui le touche, 

L’amant voit des attraits où n’en voit point l’époux ; 

Mais que d’autres, narguant les sarcasmes jaloux, 

Vantent un poil follet au-dessus d’une bouche ;
.

.
D’autres, sur des seins blancs un point comme une mouche ; 

D’autres, des cils bien noirs à des yeux bleus bien doux, 

Ou sur un cou de lait des cheveux d’un blond roux ; 

Moi, j’aime en deux beaux yeux un sourire un peu louche :
.

.
C’est un rayon mouillé ; c’est un soleil dans l’eau, 

Qui nage au gré du vent dont frémit le bouleau ; 

C’est un reflet de lune aux rebords d’un nuage ;
.

.
C’est un pilote en mer, par un ciel obscurci, 

Qui s’égare, se trouble, et demande merci, 

Et voudrait quelque dieu, protecteur du voyage.
.

.
❤️ Charles Sainte-Beuve ❤️
.

.