Ce masque … 

.

.
Ce masque, qui celait tantôt votre beauté
.

.
(À Mademoiselle Madeleine Mareschal)
.

.
Ce masque, qui celait tantôt votre beauté,

Semble à l’obscurité de la nuit effroyable :

Elle cache au soleil sa clarté désirable,

Lui cache de vos yeux la divine clarté.
.

.
Ô masque, fallait-il que ton obscurité

Recelât de ses yeux la puissance admirable !

Je pensai voir reluire une aurore agréable

Aussitôt que sa main de son front l’eût ôté.
.

.
Son beau teint, composé d’un monceau de fleurettes,

Ses beaux yeux enchanteurs, hôtes des amourettes,

Me firent aussitôt oublier la rigueur
.

.
Et l’orgueilleux dédain d’une fille volage 

Qui ne porte jamais de masque à son visage,

Mais, toujours inconstante, elle en porte à son cœur.
.

.
❤️ Pierre MOTIN, (1566-1612) ❤️
.

.
  

  

Publicités