Fugace

.
Au risque de me brûler, de me noyer ….

Dans le feu ou sous la glace …

.

Je ne sais que T’aimer,

.

Toi mon Amour Fugace …
.
*** Idéelle, 6 août 2015 ***
.
  

Publicités

SI TU ETAIS TOI … J + 28

SI TU ETAIS TOI … J + 28
*****

Elle ne te quitte pas cette envie,

D’invisible …

Elle ne te quitte pas cette envie

D’inaccessible … 
.
Qui pourrait seulement comprendre

Sans jamais te juger

Qu’il t’est impossible de te rendre

Puisque tu n’as jamais eu les clés
.
Ils disent que non, c’est avéré

On ne peut pas être

Sans avoir été 

Mais qui sait, peut-être …
.
Oui, il est finalement arrivé,

Le premier fil blanc.

Tu n’osais pas l’inviter

Tant tu le pensais transparent
.
Alors laisse-les te juger,

Aveugles et sourds

Laisse-les t’accuser

Et ignore les vautours ! 
.

*** Idéelle, 29 novembre 2015 ***
.
  

Une Histoire du Chaperon Rouge.

Une merveilleuse idée et un texte magnifique 😀 et j’aime tout particulièment la fin qui laisse l’imaginaire vagabonder …. J’ai lu les commentaires qui, majoritairement y voient une fin heureuse …. Reste néanmoins grande ouverte la porte à une « faim » heureuse … En tout cas, BRAVO !!

G@ël LOAËC-P@ul Andrews (Blog 3)

D’après quelques personnages du conte de Charles Perrault

Une Histoire du Chaperon Rouge.

IMG_1845Le chaperon rouge a bien vieilli,
Elle avance sur son chemin
De terre et de verdure,
Tourne dos au très vieux loup, qui
Continue à la poursuivre.
Mère-Grande depuis longtemps,
N’est plus que souvenir, mais
Chaperon rouge jamais ne l’oublie.
Le chaperon rouge, vêtue de rouge,
C’est de là que lui vient d’ailleurs
Son bien drôle de nom, avance
D’un pas lent, mais fort assuré,
Vers sa demeure mi-ville, mi-campagne.
Elle se rappelle sa jeunesse, où
Elle s’en allait cueillir des fraises des bois,
Pour sa grand-mère alitée.
Le chaperon rouge a bien vieilli,
Mais dans sa tête, elle se sent encore
D’une grande fougue, ce qui n’est
Plus trop le cas du loup, à la langue toujours
Pendante, traînant péniblement sa patte
Le loup a bien vieilli, tout comme le chaperon,
Elle a de la…

View original post 272 mots de plus

VISAGE

VISAGE
*******
.

J’entrevois dans l’ovale,

Le long de ce teint pâle,

Le langage de son âme

Celle faite Femme.
.

  

.
Sa peau se faisant parchemin

Me conte hier autant que demain

Ses rides autant de mots,

D’Arabesques, d’Egos.
.

  

.
C’est paupières baissées,

Pour mieux se cacher,

Qu’elle protège son chemin de vie,

Trop rarement fleurit ! 
.  

 .
Qui de ses yeux, de sa bouche

Trahira les secrets de sa couche ?

Qui du rouge ou du vert 

Aura le plus souffert ! 
.

  

.
Combien d’amants gravés

Dans ses yeux délavés ?

Combien de bleus

D’âmes, de coeurs défectueux ? 
.

  

.
Tatoués à l’envers de sa peau,

Les images, les photos,

Defiant l’oubli et le temps,

Restent les sourires d’enfants …. 
.

*** Idéelle, 28 novembre 2015 ***

.

ILUSTRATIONS PAULINE GAGNON