… Au revoir …

.

.
Monsieur Cohen,
.

.
Ce jour n’a rien d’un Adieu … En partant Vous nous, Vous ME laissez tellement de Vous que je sais que vous serez présent demain autant que vous l’étiez hier … 
.

.
« Je vous aimais, je vous aime et je vous aimerai …  »
.

.

.

.
Je vous ai reçu, dès mon plus jeune âge comme un cadeau, un héritage maternel … Je vous aime pour Elle autant que pour moi (embrassez la quand vous la verrez, s’il vous plaît) …
.

.

.

.
L’Amitié m’a encore plus fort rappochée de Vous … Mon Z’Eric vous attend déjà là-haut, bras et coeur grand ouverts
.

.
Et surtout soyez rassuré, J’AI, nous avons entendu vos dernières pensées …. Mais, je n’étais pas prête, moi 😞
.

.

Publicités

18 commentaires sur “… Au revoir …

  1. loisobleu dit :

    LETTRES DE PANDORA « 5 »

    Ce matin Pandora

    s’il-te-plaît boucle-là

    au nom de tout, pour tout le rien qui s’étale à la hune…

    Allez loup ya, Pandora, remballe ta boîte à malices, avec tes certitudes nouées à tes doutes, tes affirmations biffées de ratures, tes engagements désertés, c’te berceuse à mitraille, les serments de la trahison, tout le panel de l’imposture en baise-position, le blanc plus noir que mort-né mis en pro jet. L’haut-le-coeur de l’hypocrisie quand du vomi jaillit de mes narines d’avoir qu’à repousser les couleuvres de promesses rampantes faites par intérêt…

    J’veux qu’Léonard soit tout seul à dire

    que la vie c’est plus fort que la mort

    Alléluia

    Il paraît qu’un accord mystérieux
    Que jouait David plaisait à Dieu
    Mais la musique ne t’intéresse pas, n’est-ce pas ?
    Ça fait comme ça :
    La quarte, la quinte,
    Le mineur tombe, le majeur monte,
    Le roi surpris composant Alléluia
    Alléluia, Alléluia
    Alléluia, Alléluia

    Tu voulais des preuves malgré ta foi.
    Quand elle se baigna sur le toit
    Sa beauté au clair de lune te subjugua
    A un tabouret elle te lia
    Ton trône brisa, tes cheveux coupa,
    Et de tes lèvres tira cet Alléluia

    Je suis déjà venu m’étendre
    Et j’ai marché dans cette chambre.
    Car je vivais seul avant de te connaître.
    Sur le porche j’ai vu ton fanal.
    L’amour n’est pas marche triomphale.
    C’est un froid et c’est un meurtri Alléluia
    Alléluia, Alléluia
    Alléluia, Alléluia

    Jadis, tu ne me cachais pas
    Ce qui se passe ici en bas,
    Mais maintenant ce n’est plus le cas, n’est-ce pas ?
    Souviens toi, lorsqu’en toi j’entrais
    De même la colombe sacrée
    Chacun de nos râles était Alléluia
    Alléluia, Alléluia
    Alléluia, Alléluia

    Tu dis qu’en vain j’ai pris le nom
    Mais je ne connais pas le nom
    Et puis, qu’est-ce que ça peut te faire, au fond ?
    Dans chaque mot brille une flamme
    Et qu’importe que l’on proclame
    Le sacré ou le meurtri Alléluia
    Alléluia, Alléluia
    Alléluia, Alléluia

    A faire de mon mieux j’ai cherché
    Ne pouvant sentir, j’ai touché
    Je t’ai dit vrai : je n’suis pas venu tricher.
    Tout est allé mal et pourtant
    Je viens devant le Dieu du Chant
    Sans rien d’autre à mes lèvres que Alléluia
    Alléluia, Alléluia
    Alléluia, Alléluia
    Alléluia, Alléluia
    Alléluia, Alléluia
    Alléluia, Alléluia
    Alléluia, Alléluia
    Alléluia, Alléluia
    Alléluia, Alléluia
    Alléluia

    Et qu’on pour qu’on

    Alléluia

    on ne pleure pas que de ce qu’on reste indifférent

    mais qu’on chante

    Alléluia

    tout l’espoir qu’au delà de tout on porte en soi !!!

    So long Léonard

    Niala-Loisobleu – 11 Novembre 2016

    Aimé par 1 personne

      • loisobleu dit :

        À ce jour, les causes de son décès ne sont pas encore connues mais l’artiste souffrait depuis des années de problèmes physiques. En juillet dernier, c’est la disparition de «la femme de sa vie», Marianne Ihlen qui l’accablait. Elle était sa muse, source d’inspiration de bon nombre de ses morceaux.

        Lorsque Leonard Cohen a pris connaissance de son état de santé, il lui a immédiatement écrit une lettre. Une dernière déclaration, dévoilée par le réalisateur et ami commun, Jan Christian Mollestad.

        «Marianne, le temps où nous sommes si vieux et où nos corps s’effondrent est venu, et je pense que je vais te suivre très bientôt. Sache que je suis si près derrière toi que si tu tends la main, je pense que tu pourras atteindre la mienne. Tu sais que je t’ai toujours aimée pour ta beauté et ta sagesse, je n’ai pas besoin d’en dire plus à ce sujet car tu sais déjà tout cela. Maintenant, je veux seulement te souhaiter un très bon voyage. Adieu, ma vieille amie. Mon amour éternel, nous nous reverrons.»

        Marianne Ihlen est décédée deux jours après avoir reçu cette lettre. Et son vieil amoureux n’aura donc pas attendu longtemps avant de la rejoindre.

        D’Août de cette année où elle est partie, en Novembre il l’a rejoint…Qu’ils s’aiment à jamais, Alleéluia !
        N-L

        Aimé par 1 personne

      • ideelle dit :

        Oui, j’avais lu il y a quelque temps ce passage, au moment du décès de Marianne …

        Aimé par 1 personne

  2. Mauricio Psy dit :

    Une grande voix et une grande perte.

    Aimé par 2 people

  3. Mauricio Psy dit :

    A reblogué ceci sur rerereblogueret a ajouté:
    Una gran voz y una gran perdida.

    Aimé par 1 personne

  4. […] via … Au revoir … — Le monde est dans tes yeux … […]

    Aimé par 1 personne

  5. j’écoute mes vinyls, mes cassettes, mes CD, et autres bidules, depuis hier soir

    je revois ma vie, toutes les fois où il nous a apaisés, bercés, réconfortés, charmés souvent…

    sa voie ne s’éteindra pour moi que lorsque je fermerai mes yeux pour toujours

    Aimé par 1 personne

  6. michusa dit :

    Oui au revoir Monsieur Cohen 😥

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s