Mon Enfance captive … 

.

.
Mon enfance captive a vécu dans des pierres,

Dans la ville où sans fin, vomissant le charbon,

L’usine en feu dévore un peuple moribond.

Et pour voir des jardins je fermais les paupières…
.

.
J’ai grandi ; j’ai rêvé d’orient, de lumières,

De rivages de fleurs où l’air tiède sent bon,

De cités aux noms d’or, et, seigneur vagabond,

De pavés florentins où traîner des rapières.
.

.
Puis je pris en dégoût le carton du décor

Et maintenant, j’entends en moi l’âme du nord

Qui chante, et chaque jour j’aime d’un coeur plus fort
.

.
Ton air de sainte femme, ô ma terre de Flandre,

Ton peuple grave et droit, ennemi de l’esclandre,

Ta douceur de misère où le coeur se sent prendre,
.

.
Tes marais, tes prés verts où rouissent les lins,

Tes bateaux, ton ciel gris où tournent les moulins,

Et cette veuve en noir avec ses orphelins…
.

.
❤️ Albert Samain ❤️
.

.

Publicités

13 réflexions sur “Mon Enfance captive … 

      • Regardant toutes ces têtes que les nuages laissaient glisser au-dessus de la mienne, mon dos tira juste le sourire qu’il fallait trouver. L’herbe changea de moelleux, les douleurs se sentirent mal à l’aise. Est-ce qu’un mal de do pourrait faire que le la ne soit pas juste ? Ridicule. L’apparence a parfois besoin de se faire discrète. Ce monde est trop bavard pour rien.
        Et descendant, une ficelle me monta jusqu4aux couleurs du cerf-volant. La plage transparaissait sous l’ô claire.
        N-L

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s