Deux « Ils » deux « Elles »

.

.

Comme un ciel d’hiver

À ses éclairs s’abandonne

Comme un grand tonnerre

Meurt dès qu’il raisonne

Comme une source claire

S’ouvre à la mer et puis fusionne

Comme un bout de chair

Fais de nous des hommes

.

.

Lorsque deux « ils » se touchent

Tous nos sens se souviennent

Qu’un baiser fait de deux êtres

Deux âmes liées presque éternelles

.

.

Lorsque deux « elles » se touchent

Tout en douceur et belles

À l’évidence que l’amour

Fait cette fois toute la différence

.

.

Comme inséparables

Sont racines dans ces arbres

Grands vents et tempêtes

Persifflent et s’entêtent

Caravanes passent

Aboient les chiens de guerre lasse

Livrer le secret et la haine se déplace

.

.

Lorsque deux « ils » se touchent

Tous nos sens se souviennent

Qu’un baiser fait de deux êtres

Deux âmes liées presque éternelles

.

.

Lorsque deux « elles » se touchent

Tout en douceur et belles

À l’évidence que l’amour

Fait cette fois toute la différence

.

.

Lorsque deux « elles » se touchent

Tout en douceur et belles

À l’évidence que l’amour

Fait cette fois toute la différence

.

.

Âmes jumelles sont immortelles

Bien au-delà d’ils ou elles

.

.

Publicités