Vivre ou Survivre

.

.

Heure sonne matin

Pleure chagrin

Et repasse le film humide

Du passé dans les yeux

.

.

Court bien trop court

Notre amour, et les appels

Au secours savent qu’un sourd

N’entend pas ce qu’il veut

.

.

Et pourtant il veut vivre

Ou survivre

Sans poème

Sans blesser tous ceux qui l’aiment

Être heureux

Malheureux

Vivre seul ou même à deux

.

.

Mais vivre pour toujours

Sans discours sans velours

Sans les phrases inutiles

D’un vieux roman photo

.

.

Fleurs fanées meurent

Noir et blanc

Seules couleurs d’un futur

Qui est déjà le passé pour nous deux

.

.

Et pourtant il faut vivre

Ou survivre

Sans poème

Sans blesser ceux qu’on aime

Être heureux

Malheureux

Vivre seul ou même à deux

.

.

Et pourtant il faut vivre

Ou survivre

Sans poème

Sans blesser ceux qui nous aiment

Être heureux

Malheureux

Vivre seul ou même à deux

.

.

Mais vivre en silence

En pensant aux souffrances

De la terre et se dire

Qu’on n’est pas les plus malheureux

.

.

Quand dans l’amour

Tout s’effondre

Toute la misère du monde

N’est rien à côté d’un adieu

.

.

Et pourtant je veux vivre

Ou survivre

Sans poème

Sans blesser tous ceux que j’aime

Être heureux

Malheureux

Vivre seul ou même à deux

.

.

Vivre ou survivre

Seul ou même à deux…

.

.

Publicités

Coups et Blessures

COUPS ET BLESSURES – 

.

.

 

200 watts 

en paire de bottes 

délicate et désinvolte 

c’est pas des cracs 

quand elle me sourit 

j’me détraque 

à coups d’insomnie 
.

.
Tu me plaques comme une affiche au mur

je porte plainte pour coups et blessures 

j’étais a deux doigts 

de finir fou de toi 

fou de toi 
.

.
200 watts 

en paire de bottes 

délicate et désinvolte 

les yeux flous perçants 

si loin de tout 
.

.
quand elle me fait la moue 

c’est tout mon cœur qui bout coco 
.

.
tu me plaques comme une affiche au mur

je porte plainte pour coups et blessures 

j’étais a deux doigts 

de finir fou de toi 

fou de toi 
.

.
tu me traques et surplombes de paris à hong-kong 

tu m’attaques et je tombe 

l’honneur blessé 
.

.
tu me plaques comme une affiche au mur

je porte plainte 

j’vais payer c’est sur 

j’étais a deux doigts 

d’y laisser tout mon bras 

tout mon bras
.

.