Deux « Ils » deux « Elles »

.

.

Comme un ciel d’hiver

À ses éclairs s’abandonne

Comme un grand tonnerre

Meurt dès qu’il raisonne

Comme une source claire

S’ouvre à la mer et puis fusionne

Comme un bout de chair

Fais de nous des hommes

.

.

Lorsque deux « ils » se touchent

Tous nos sens se souviennent

Qu’un baiser fait de deux êtres

Deux âmes liées presque éternelles

.

.

Lorsque deux « elles » se touchent

Tout en douceur et belles

À l’évidence que l’amour

Fait cette fois toute la différence

.

.

Comme inséparables

Sont racines dans ces arbres

Grands vents et tempêtes

Persifflent et s’entêtent

Caravanes passent

Aboient les chiens de guerre lasse

Livrer le secret et la haine se déplace

.

.

Lorsque deux « ils » se touchent

Tous nos sens se souviennent

Qu’un baiser fait de deux êtres

Deux âmes liées presque éternelles

.

.

Lorsque deux « elles » se touchent

Tout en douceur et belles

À l’évidence que l’amour

Fait cette fois toute la différence

.

.

Lorsque deux « elles » se touchent

Tout en douceur et belles

À l’évidence que l’amour

Fait cette fois toute la différence

.

.

Âmes jumelles sont immortelles

Bien au-delà d’ils ou elles

.

.

Publicités

A une aimée …

.

.

A une aimée

.

.

Il goûte le bonheur que connaissent les dieux
Celui qui peut auprès de toi
Se tenir et te regarder,
Celui qui peut goûter la douceur de ta voix,

.

.

Celui que peut toucher la magie de ton rire,
Mais moi, ce rire, je le sais,
il fait fondre mon coeur en moi.

.

.

Ah ! moi, sais-tu, si je te vois,
Fût-ce une seconde aussi brève,
Tout à coup alors sur mes lèvres,
Expire sans force ma joie.

.

.

Ma langue est là comme brisée,
Et soudain, au coeur de ma chair,
Un feu invisible a glissé.
Mes yeux ne voient plus rien de clair,
A mon oreille un bruit a bourdonné.

.

.

Je suis de sueur inondée,
Tout mon corps se met à trembler,
Je deviens plus verte que l’herbe,
Et presque rien ne manque encore
Pour me sentir comme une morte.

.

.

❤️ SAPPHO ❤️

.

.