4 Saisons 

.

.
4 SAISONS – GRAND CORPS MALADE

.
.
A l’arrivée du mois de décembre 

j’ai bien regardé, 

la hauteur de ciel descendre 

et l’hiver arriver 
.

.
j’étais presque content de le voir 

en l’observant se déployer 

j’ai mis une veste au-dessus de ma veste 

pour pas trop cailler 
.

.
j’ai vu la nuit qui tombait tôt 

mais les gens qui marchaient plus vite 

j’ai vu la chaleur des bistrots 

avec de la buée sur les vitres 
.

.
là dessus la nature est fidèle 

j’ai vu le jour se lever tard 

j’ai vu les guirlandes de Noël 

qui me foutent le cafard ? 

j’ai aimé avoir les mains gelées 
.

.
pour les mettre au fond de mes poches 

j’ai adoré marcher dehors 

quand tu sais que la maison est proche 
.

.
j’ai souris bêtement 

en voyant qu’il n’y avait plus 

de fleurs sur les balcons 

j’ai regardé le ciel tout blanc 

y avait même des flocons 
.

.
certains matins j’ai vu que le givre 

avait squatté derrière les fenêtres 

j’ai vu les gens revenir du ski 

avec la marque des lunettes 
.

.
je commençais juste à m’y habituer 

mais les jours ont rallongé 

j’ai compris que le printemps 

allait emménager 

.

.
le mois de mars avait tracé 

en un battement de cils 

et on m’a dit qu’en avril 

faut pas se découvrir d’un fil 
.

.
maIs moi j’ai peur de rien 

alors malgré les dictons vieillots 

j’ai enlevé une de mes deux vestes 

pour pas avoir trop chaud 
.

.
j’ai vu les arbres avoir des feuilles 

et les filles changer de godasses 

j’ai vu les bistrots ouvrir plus tard 

avec des tables en terrasses 
.

.
y avait pleins de couples qui s’embrassaient 

c’est les hormones, ça réagit 

c’est la saison des amours 

et la saison des allergies 
.

.
c’est vrai qu j’ai eu le nez qui coule 

et je me suis frotté les yeux 

mais j’ai aimé la chair de poule 

pendant un coup de vent affectueux 
.

.
sur les balcons ça bourgeonnait 

j’ai ri bêtement à cette vision 

j’ai regardé le ciel bleu-pâle 

y avait même des avions 
.

.
ma factrice a ressorti le vélo 

j’étais content pour elle 

content aussi pour le daron 

qui aime le retour des hirondelles 
.

.
je commençais juste à m’y habituer 

mais le thermomètre a augmenté 

j’ai compris ce qui nous pendait au nez 

c’était l’été 
.

.
au mois de juin an change de teint 

fini d’être albinos 

c’est la période des examens 

et puis celle de Roland Garros 
.

.
ça sent les vacances à plein nez 

il va être l’heure de se tirer 

moi j’ai enlevé ma dernière veste 

pour pas transpirer 
.

.
j’ai vu qu’il faisait encore jour 

même après le début du film 

pour ceux qui ont des poignées d’amour 

il est trop tard pour le régime 
.

.
les mecs sont assez excités 

et ça les préoccupe 

que les filles sortent leurs décolletés 

et leurs mini-jupes 
.

.
j’ai aimé rechercher l’ombre 

quand il y avait trop de soleil 

j’ai aimé dormir sans la couette 

pour rafraîchir le sommeil 
.

.
sur les balcons c’était la jungle 

il y avait plein de fleur et de feuillage 

j’ai regardé le ciel tout bleu 

il y avait même pas de nuages 
.

.
j’ai adoré conduire la nuit 

la vitre ouverte en grand 

avec le bras gauche de sorti 

qui fait un bras de fer contre le vent 
.

.
je commençais juste à m’y habituer 

mais j’ai vu une fleur fanée 

j’ai compris que l’automne 

était déterminé 
.

.
c’est surtout à partir d’octobre 

c’est la saison la plus austère 

moi bizarrement je la trouve noble 

c’est celle qui a le plus de caractère 
.

.
j’ai vu les feuilles qui tournoyaient 

comme des ballons de baudruche 

j’ai remis une de mes vestes 

avec une capuche 
.

.
j’ai vu la pluie, j’ai vu le vent 

les rayons de soleil malades 

j’ai vu les K-ways des enfants 

qui partent aux châtaignes en ballade 
.

.

 

j’ai marché dans les feuilles mortes 

et sur les trottoirs mouillés 

j’ai vu les parcs changer de couleurs 

ils étaient tout rouillés 
.

.
j’ai aimé les lumières de la ville 

qui se reflètent dans les flaques 

et les petites bourrasques de vent 

qui mettent les brushings en vrac 
.

.
sur les balcons y avait que des branches 

sans feuilles et sans raisons 

j’ai regardé le ciel tout gris 

y avait même plus d’horizon 
.

.
et puis l’hiver est revenu 

puis les saisons se sont perpétuaient 

les années passent, la vie aussi 

on commençait juste à s’y habituer 
.

.
on est les témoins impuissants 

du temps qui trace, du temps qui veut 

que les enfants deviennent des grands 

.et que les grands deviennent des vieux…
.

.

8 réflexions sur “4 Saisons 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s