La chanson du Fou (1)

.

Chanson de fou (I)
.

.
Le crapaud noir sur le sol blanc 

Me fixe indubitablement 

Avec des yeux plus grands que n’est grande sa tête ; 

Ce sont les yeux qu’on m’a volés 

Quand mes regards s’en sont allés, 

Un soir, que je tournai la tête. 
.

.
Mon frère ? il est quelqu’un qui ment, 

Avec de la farine entre ses dents ; 

C’est lui, jambes et bras en croix, 

Qui tourne au loin, là-bas, 

Qui tourne au vent, 

Sur ce moulin de bois.
.

.
Et Celui-ci, c’est mon cousin 
Qui fut curé et but si fort du vin 

Que le soleil en devint rouge ; 

J’ai su qu’il habitait un bouge, 

Avec des morts, dans ses armoires. 
.

.
Car nous avons pour génitoires 

Deux cailloux 

Et pour monnaie un sac de poux, 

Nous, les trois fous, 

Qui épousons, au clair de lune, 

Trois folles dames, sur la dune.
.

.
❤️ Emile Verhaeren ❤️
.

.

Publicités

5 commentaires sur “La chanson du Fou (1)

  1. loisobleu dit :

    Ô j’aime
    et c’est tout
    N-L

    Aimé par 1 personne

  2. loisobleu dit :

    Fou allié, je me disais justement, si aimer était compliqué, l’amour se prendrait l’épié dans sa culotte❤️😘❤️

    Aimé par 1 personne

    • loisobleu dit :

      Ma bohème

      Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées ;
      Mon paletot aussi devenait idéal ;
      J’allais sous le ciel, Muse ! et j’étais ton féal ;
      Oh ! là ! là ! que d’amours splendides j’ai rêvées !

      Mon unique culotte avait un large trou.
      – Petit-Poucet rêveur, j’égrenais dans ma course
      Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
      – Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

      Et je les écoutais, assis au bord des routes,
      Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
      De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ;

      Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
      Comme des lyres, je tirais les élastiques
      De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur !

      Arthur Rimbaud

      Au puits du fou
      c’est là
      lalalala
      que je dense
      N-L – 29/04/17

      Aimé par 1 personne

      • loisobleu dit :

        Alors que le trottoir dépêchait ses hommes-sandwichs en racolage intensif
        Par les trous de ma mémoire des faits majeurs surgirent d’eux-m’aime
        il y a pas si longtemps elle me confia son rêve de n’être plus blanche
        Sans trouver là motif à colère, je sentis l’air se charger de vie fauve
        Rugissements, la lionne n’est pas morte ce soir, revenons au plus près y voir
        Comme délire, je tirai l’élastique de côté comme il se doigt
        Les combines électo-râles me font l’effet contraire au jouir…
        N-L

        Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s