… Des souffles qui demeurent …

.

.
Les morts ne sont pas morts …
.

.
Les morts ne sont pas morts

Ecoute plus souvent

Les choses que les êtres,

La voix du feu s’entend

Entends la voix de l’eau

Ecoute dans le vent

Le buisson en sanglot :

C’est le souffle des ancêtres.

Ceux qui sont morts ne sont jamais partis

Ils sont dans l’ombre qui s’éclaire

Et dans l’ombre qui s’épaissit,

Les morts ne sont pas sous la terre

Ils sont dans l’arbre qui frémit,

Ils sont dans le bois qui gémit,

Ils sont dans l’eau qui coule,

Ils sont dans l’eau qui dort,

Ils sont dans la case, ils sont dans la foule

Les morts ne sont pas morts.

Ceux qui sont morts ne sont jamais partis,

Ils sont dans le sein de la femme,

Ils sont dans l’enfant qui vagit,

Et dans le tison qui s’enflamme,

Les morts ne sont jamais sous terre,

Ils sont dans le feu qui s’éteint,

Ils sont dans le rocher qui geint,

Ils sont dans les herbes qui pleurent,

Ils sont dans la forêt, ils sont dans la demeure,

Les morts ne sont pas morts.

Ecoute plus souvent

Les choses que les êtres,

La voix du feu s’entend

Entends la voix de l’eau

Ecoute dans le vent

Le buisson en sanglot :

C’est le souffle des ancêtres.

Le souffle des ancêtres morts

Qui ne sont pas partis,

Qui ne sont pas sous terre,

Qui ne sont pas morts

Ecoute plus souvent

Les choses que les êtres,

La voix du feu s’entend

Entends la voix de l’eau

Ecoute dans le vent

Le buisson en sanglot :

C’est le souffle des ancêtres

Il redit chaque jour le pacte

Le grand pacte qui lie,

Qui lie à la loi notre sort;

Aux actes des souffles plus forts,

Le sort de nos morts qui ne sont pas morts;

Le lord pacte qui nous lie aux acte

Des souffles qui se meuvent.
.

.
Dans le lit et sur les rives du fleuve,

Dans plusieurs souffles qui se meuvent

Dans le rocher qui geint et dans l’herbe qui pleure

Des souffles qui demeurent

Dans l’ombre qui s’éclaire on s’épaissit,

Dans l’arbre qui frémit, dans le bois qui gémit,

Et dans l’eau qui coule et dans l’eau qui dort,

Des souffles plus forts, qui ont pris

Le souffle des morts qui ne sont pas morts,

Des morts qui ne sont pas partis,

Des morts qui ne sont plus sous terre.

Ecoute plus souvent

Les choses que les êtres…
.

.
Birago DIOP

[Les contes d’Amadou Koumba]
.

.

Publicités

12 commentaires sur “… Des souffles qui demeurent …

  1. loisobleu dit :

    MAGNIFIQUE !!!!!!!!!!!!!

    Une illustration qui souffle au rythme des mots. Voilà un compliment mérité.
    N-L

    J'aime

  2. Trigwen dit :

    Superbe. Une poésie qui laisse penser que ceux qui nous ont quittés sont toujours là à veiller sur nous, qu’ils sont omniprésents partout sous une autre forme.
    Ce poème rejoint mon idée que ne meurent que ceux qu’on a oubliés.

    Aimé par 1 personne

  3. Georges 2679 dit :

    Très joli ce conte ainsi que l’image…Bonne journée

    Aimé par 1 personne

  4. Pat dit :

    C’est une très belle illustration. Le présent se nourrit du passé, il l’absorbe et l’embellit de connaissances et de spiritualité. Peu importe les dommages matériels…l’essentiel demeure…quelque part..

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s