Ressouvenance (2)

.

.

Ressouvenance
.

.
Il est de fins ressorts dont la marche ignorée

– Ni savants, ni rêveurs, n’ont deviné comment –

Va dans un coin de l’âme éveiller brusquement

Le parfum d’une fleur autrefois respirée.
.

.
Autrefois, le céleste épanouissement

De ta bouche qui rit, cette rose pourprée,

M’avait tout embaumé l’âme… Chère adorée

Qui t’envolas si tôt, l’oubli vint lentement !
.

.
Voilà que, ravivant ton image effacée,

Ta grâce tout à coup me vient à la pensée,

Comme l’air qu’un hasard souffle aux musiciens.
.

.
D’un soir déjà lointain je reconnais les fièvres

Et mon coeur a senti refluer à mes lèvres

Une fraîche saveur de baisers anciens.
.

.
❤ Léon VALADE (1841-1884) ❤
.

.

Publicités

7 réflexions sur “Ressouvenance (2)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s