A Mademoiselle

.

.
A Mademoiselle
.

.
Oui, femmes, quoi qu’on puisse dire,

Vous avez le fatal pouvoir

De nous jeter par un sourire

Dans l’ivresse ou le désespoir.
.

.
Oui, deux mots, le silence même,

Un regard distrait ou moqueur,

Peuvent donner à qui vous aime

Un coup de poignard dans le coeur.
.

.
Oui, votre orgueil doit être immense,

Car, grâce à notre lâcheté,

Rien n’égale votre puissance,

Sinon votre fragilité.
.

.
Mais toute puissance sur terre

Meurt quand l’abus en est trop grand,

Et qui sait souffrir et se taire

S’éloigne de vous en pleurant.
.

.
Quel que soit le mal qu’il endure,

Son triste rôle est le plus beau.

J’aime encor mieux notre torture
.

.
❤ Alfred de Musset ❤

.

.

Publicités

12 commentaires sur “A Mademoiselle

  1. loisobleu dit :

    Le blason de la rose

    (A Mlle Rose de la Taille, sa cousine)

    Aux uns plaît l’azur d’une fleur
    Aux autres une autre couleur :
    L’un du lis, de la violette,
    L’autre blasonne de l’oeillet
    Les beautés ou d’autre fleurette
    L’odeur ou le teint vermeillet :
    A moi sur toute fleur déclose
    Plaît l’odeur de la belle rose.

    J’aime à chanter de cette fleur
    Le teint vermeil et la valeur,
    Dont Vénus se pare et l’aurore,
    De cette fleur qui a le nom
    D’une que j’aime et que j’honore,
    Et dont l’honneur ne sent moins bon :
    J’aime sur toute fleur déclose
    A chanter l’honneur de la rose.

    La rose est des fleurs tout l’honneur,
    Qui en grâce et divine odeur
    Toutes les belles fleurs surpasse,
    Et qui ne doit au soir flétrir
    Comme une autre fleur qui se passe,
    Mais en honneur toujours fleurir :
    J’aime sur toute fleur déclose
    A chanter l’honneur de la rose.

    Elle ne défend à aucun
    Ni sa vue ni son parfum,
    Mais si de façon indiscrète
    On la voulait prendre ou toucher,
    C’est lors que sa pointure aigrette
    Montre qu’on n’en doit approcher :
    J’aime sur toute fleur déclose
    A chanter l’honneur de la rose.

    Jean de la Taille

    A chaque hune son ô d’heur, à c’t’heurt…
    N-L – 13/03/17

    J'aime

  2. Georges 2679 dit :

    joli poème et belle photo avec cette jeune fille sur cette ancienne balançoire….bonne semaine…Bises

    J'aime

  3. marie dit :

    Superbe l’image! bisous MTH

    J'aime

  4. j’aime beaucoup ce poete c’est un de mes préférés..le romantisme demeure malgré tout.bonne nuit;)

    J'aime

  5. Pat dit :

    Ah enfin un air de vérité hi hi! Les femmes sont vraiment trop cruelles…et en plus elles s’en balancent!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s