Les fenêtres fleuries

.

.
Les fenêtres fleuries
A Catulle mendès.
.

.
Les Parisiens, entendus

Aux riens charmants plus qu’au bien-être,

Se font des jardins suspendus

D’un simple rebord de fenêtre,
.

.
On peut voir en toute saison

Des fils de fer formant treillage

Faire une fête à la maison

De quelques bribes de feuillage.
.

.
Dès qu’il a fait froid, leurs couleurs

Ne sont plus que mélancolie ;

Mais cette habitude des fleurs

Est parisienne et jolie.
.

.
Ainsi, tout en haut, sous les toits,

L’enfant aux paupières gonflées,

Qui coud en se piquant les doigts,

A près d’elle des giroflées.
.

.
Quelquefois même, et c’est charmant

Sur la tête de la petite,

On voit luire distinctement

Des étoiles de clématite.
.

.
Aux étages moins près du ciel,

C’est très souvent la même chose

Un printemps artificiel 

Fait d’un oeillet et d’une rose.
.

.
Dans un pot muni d’un tuteur,

Où tiennent juste les racines,

Un semis de pois de senteur

Laisse grimper des capucines.
.

.
Les autres quartiers de Paris

Ont des fleurs comme les banlieues

C’est que le ciel est souvent gris,

Et qu’elles sont rouges et bleues.
.

.
C’est qu’on trouve un charme, en effet,

A ce fantôme de nature,

Et que le vrai sage se fait

Des bonheurs en miniature.
.

.

❤ Albert MERAT ❤
.

.

Publicités

10 commentaires sur “Les fenêtres fleuries

  1. Alain DELIBIE dit :

    Très joli poème, « le bonheur en miniature », j’ai fait ça dans mon petit appartement Parisien au 6 eme étage, une petite jardinère…..Merci pour me l’avoir remis en mémoire. Et, de plus….http://www.caminteresse.fr/environnement/pourquoi-les-abeilles-preferent-elles-paris-1143121/

    Aimé par 1 personne

  2. loisobleu dit :

    Passait un long cortège de gris nuages
    dans la venue du ciel de pari
    rendant la trouvaille du bon numéro plus ardue

    Ton visage en bouquet m’apparut si clairement
    que je te vis toute en couleurs à ma fenêtre
    jointe aux doux roucoulements de deux pigeons

    J’eus le sentiment que Nous étions un seul jardin
    où des enfants couraient, filet à papillons aux mains
    attraper les suies des fausses cheminées de notre rapprochement.
    N-L – 03/02/17

    Aimé par 1 personne

  3. marie dit :

    Bonjour ma fille aînée habite Paris et fleurit sa terrasse et son balcon et elle n’est pas la seule, dans ce quartier flambant neuf, la nature s’est invitée et c’est très agréable Bon après-midi MTH

    Aimé par 1 personne

  4. marieliane dit :

    Magnifique cette poésie ou se côtoie les mots et le charme de fleurs.
    Bon après midi ideelle.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s