A Madame

.

.

 A madame
.

.
Ô laissez-vous aimer !… ce n’est pas un retour, 

Ce n’est pas un aveu que mon ardeur réclame ; 

Ce n’est pas de verser mon âme dans votre âme, 

Ni de vous enivrer des langueurs de l’amour ;
.

.
Ce n’est pas d’enlacer en mes bras le contour 

De ces bras, de ce sein ; d’embraser de ma flamme 

Ces lèvres de corail si fraîches ; non, madame, 

Mon feu pour vous est pur, aussi pur que le jour.
.

.
Mais seulement, le soir, vous parler à la fête, 

Et tout bas, bien longtemps, vers vous penchant la tête, 

Murmurer de ces riens qui vous savent charmer ;
.

.
Voir vos yeux indulgents plus mollement reluire ;

Puis prendre votre main, et, courant, vous conduire

A la danse légère… ô laissez-vous aimer !
.

.
❤ Charles SAINTE-BEUVE ❤
.

.

Publicités

12 commentaires sur “A Madame

  1. Oh oui Madame
    voilà en simples mots l’attente que je peux avoir de votre état de Femme, alors sublimé, hors tous goûts annexes pour les chapeaux, la hauteur des talons, les lieux de fréquentation, la couleur des cheveux, longs ou courts, raides ou frisés, les voitures, le cheval, la voile ou la vapeur, enfin tout ce queque chacun et chacune peut aimer d’adjoindre à sa personne.
    Ma Dame, mon corps ô l’air
    âme chère à mon coeur.
    N-L 6 31/01/17

    Aimé par 1 personne

    • ideelle dit :

      Je savais ce que tu penserais des mots de Sainte-Beuve 😊

      Aimé par 1 personne

      • Ta réponse, bien que ne disant pas l’avis que tu as eue personnellement de la mienne, a l’avantage de dire l’essentiel: tu me connais. Vu la parallèle que j’ai vis à vis de Toi, laisses-moi en attendant un complément, te dire que ceci ne peux que me ravir mon Idéelle.

        C+B+C+B+C
        N-L – 31/01/17

        Aimé par 1 personne

      • ideelle dit :

        Je suis comme toujours tres receptive, très sensible à tes mots, d’autant plus quand ils subliment l’essence même de la Femme plutôt que ses atours, son apparence.

        Aimé par 1 personne

      • Bien sûr la Femme est avant de devenir ce que les hommes lui demandent d’être, plus souvent à côté de son entité et hélas auxquels elle se soumet sans réfléchir aux conséquences, par sauvegarde de ce qui fait son attrait physique. Je n’ai pas le souvenir de l’avoir regardé un jour sous cette angle réducteur. La Femme est d’abord une âme qui fait défaut à l’homme. Je ne pense pas que ce soit par injustice, mais par naturelle différence. L’injustice tient dans l’ignorance qu’on en a. Ceci aussi bien chez la femme que chez l’homme. Au passage, vas voir le lien que j’ai mis sur mon billet d’aujourd’hui, il est ce que je méconnais de la femme,.
        Merveille, je ne me suis pas snti un instant durant mon long voyage, en remise en question de ce concept sans ambiguïtés pour moi.
        Et voiià bien, c’est vrai une chose que tu sais parfaitement de moi.

        Ode à ma femme

        Quand le soleil se lève, il le fait pour te plaire,
        Quand la lune parcourt le dôme sombre et noir,
        Elle épand ses lueurs, sous la voûte stellaire,
        Et berce ton sommeil dans ton lit, chaque soir.

        Les roses dans les parcs, s’épanouissent fragrantes,
        Pour embaumer tes jours et réjouir ton coeur,
        Et sur chaque pétale, aux couleurs fulgurantes,
        Est inscrit ton doux nom, dans toute sa splendeur.

        J’entends les champs de blé, quand les vents les caressent,
        Murmurer tous ensemble un hymne en ton honneur,
        Cet hymne se répand quand les oiseaux s’empressent
        A te le rapporter, gazouillant sa douceur.

        Tout conspire à t’aimer dans la nature entière,
        La lune, le soleil, les fleurs et les oiseaux,
        Les dieux, dès ta naissance, ont rempli de lumière,
        Ton coeur qui chérit tout, sur la terre et les eaux.

        Dès nos premiers amours, je t’ai confié mon âme,
        Tu m’inspiras souvent, quand j’en avais besoin ;
        Nous n’avons pas toujours vécu des jours sans blâme,
        Mais grâce à ton support, je suis venu de loin.

        Je suis fier que tu sois, depuis cinquante années,
        Ma femme bien aimée, et mère de nos fils,
        Ta présence a guidé toutes nos destinées ;
        Tu restes le joyau de tous nos petits-fils.

        Maintenant que l’automne avance sur nos têtes,
        Et que l’âtre n’a plus l’ardeur de nos vieux jours,
        Il nous reste pourtant des petites tempêtes,
        Qui remettent nos coeurs aux temps de nos amours.

        Tu seras, pour toujours, mon étoile et ma lune,
        Tu seras mon soleil, quand mes os seront froids,
        Nous avons partagé notre bonne fortune ;
        Ô reine de mon coeur, j’adore tes exploits.

        Si je suis le premier à quitter cette terre,
        Mon âme t’attendra, pour t’accueillir, un jour,
        Au paradis céleste, aux portes de Saint Pierre,
        Pour entamer, ensemble, un éternel séjour.

        Christian Cally.
        Mai 2002.

        Je t’offre ce poème eu égard à ce qui précèd. Chaque mot, chaque circonstance qui s’y trouvent évoqués, s’adaptant à notre réalité. Je suis bien quand tu es initiatrice de ce sujet. Je connais la vraie Femme que tu es mon Idéelle et crois-moi pas un détail ne manque.
        N-L – 31/01/17

        Aimé par 1 personne

      • ideelle dit :

        C’est vraiment très beau, tes mots autant que ceux de Christian Cally me touchent …. j’aime encore plus que jamais être femme ❤

        Aimé par 1 personne

  2. brindille33 dit :

    Une douce caresse que les mots de Sainte Beuve. Je lis, je savoure. Les mots glissent sur la peau, pénètrent dans l’âme, le coeur, y donnent des petits coups, histoire de se dire, que voilà bien de tendres délicatesses.
    J’ai savouré. Merci ❤
    Geneviève

    Aimé par 1 personne

  3. Quel joli texte…se laisser emporter dans le tourbillon de l’amour…se laisser envahir et accepter d’être aimer sans voir le mal…ni se méfier…j’adore cette idée…Merci pour ce joli partage d’amour ma chère Ideelle 💜💕💖 gros bisous

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s