De Pénélope, rien … 

..
Ulysse est heureux, bien ! 

Et de Pénélope, rien ….

De Pénélope reste à écrire

L’attente et tous ses délires …
.

.

*** Idéelle, le 23 septembre 2016 ***
.

.

Publicités

21 réflexions sur “De Pénélope, rien … 

    • Ce commentaire, me fait tendrement sourire … Il risque de t’attirer les foudres de la gente féminine 😊 Allons nous nous remettre à l’ouvrage, faire et défaire … ? Oh, je n’avais jamais fait le lien entre la merveileuse Pénélope et l’expression, « faire tapisserie » … 😉

      Aimé par 1 personne

      • « Chante, ô déesse, le courroux du Péléide Achille,
        Courroux fatal qui causa mille maux aux Achéens
        Et fit descendre chez Hadès tant d’âmes valeureuses
        De héros, dont les corps servirent de pâture aux chiens
        Et aux oiseaux sans nombre : ainsi Zeus l’avait-il voulu. »

        Ulysse ou l’Homme Mer Hics de l’Ylliade
        dirai-je en m’accordant plus à ton propos qu’à celui qui contente juste le plaisir du mâle au désespoir de la la Femme, qui qu’elle soit…
        Et voilà une porte qui s’ouvre à Toi pour que tu dises à lettres ouvertes et voix haute ton sentiment à cet égard !
        N-L – 23/09/16

        J'aime

  1. Oui! De l’ode tissée je veux les cadenas, les codes de tes canevas que je puisse piquer aussi de mon aiguille et bien que je ne sois pas fille…une…pisserie bien tramée…
    Le terrain est glissant si bien que je n’ose qu’à peine m’immiscer… mais pour toi une porte ouverte…te permet de continuer à surfer.

    Aimé par 1 personne

    • J’ai trouvé : L’odyssée de Pénélope ! Et je suis ravie de ce conseil !! Merci beaucoup Fernan 😊 Rajouté à la liste !

      «  » Depuis toujours nous étions tous deux, de notre propre aveu, des menteurs émérites et éhontés.  » Ainsi Pénélope évoque-t-elle le couple qu’elle formait avec Ulysse – Pénélope qui, comme son époux, recourut à la ruse et à l’artifice pour sauver sa vie.
      Selon Homère, Ulysse à son retour de Troie massacra tous les prétendants à son trône qui, en son absence, avaient courtisé son épouse. Mais il fit aussi pendre les douze servantes de Pénélope qu’il accusa de l’avoir trahi. Dans cette relecture originale du mythe grec que nous propose Margaret Atwood, Pénélope, hantée par la mort de ses servantes, raconte depuis les Enfers sa propre version de l’histoire, celle d’une femme, d’une épouse, d’une mère et surtout d’une reine bien plus lucide et plus forte que ce que les hommes ont voulu croire jusqu’à aujourd’hui. »

      Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s