Tu me suivras … 

.

.
TU ME SUIVRAS …. de Gaël Faure
.

.
Si devant ma porte un jour incertain 

Que tes mains me montrent le bon chemin, 

Tu me suivrais, 

Tu me suivrais. 

Si lâchement le temps qui s’efface 

Si quand je me tourne, je vois nos traces,

Tu me suivrais ? 

Est-ce que tu me suivrais ? 
.

.
Avec ou sans toi 

C’est pas la même chose, 

Pas les mêmes choix. 
.

.
Seul si rien que j’ose, 

Je suis pas virtuose 

J’ai pas les même droits 

Dis-moi, tu me suivrais 
.

.
Si ta peau s’éloigne de ma surface 

Et si jamais je dois perdre la face 
.

.
Tu me suivrais 

Tu me suivrais? 
.

.
Et si l’heure d’après est la dernière 

Même si je ne suis riche que d’hier 

Tu me suivrais 

Est-ce que tu me suivrais ? 
.

.
Avec ou sans toi 

C’est pas la même chose, 

Pas les mêmes choix 
.

.
Seul si rien que j’ose 

De voir faner les roses 

Seras-tu près de moi ? 

Dis-mois, tu me suivras, la, la la la…. 
.

.
Si demain décidément tu restes 

Pour apprivoiser souvent les gestes 

Dans ce ciel de grêle immense, 
.

.
Mon étoile et ma chance 

Dire – qu’est-ce que t’en penses? 

Oooh tu me suivras, la, la la la… 
.

.
Avec ou sans toi 

C’est pas la même chose, 

Pas les mêmes choix 
.

.
Seul si rien que j’ose, 

Je suis pas virtuose, non, 

J’ai pas les même droits 
.

.
Avec ou sans toi 

C’est pas la même chose, 

Pas les mêmes choix 
.

.
Seul si rien que j’ose 

De voir faner les roses, 

Seras-tu près de moi ? 

Dis-moi, tu me suivras, la, la , la , la
.

.

Publicités

4 commentaires sur “Tu me suivras … 

  1. Pat dit :

    Un petit texte que j’aime d’un auteur que je ne connais pas…

    Au soir de la vie

    A la fin de sa vie,
    un homme regarda en arrière et vit que,
    tout au long du chemin,
    il y avait quatre empreintes de pas sur le sable,
    les siennes et celles de Dieu.
    Mais dans les moments difficiles,
    il n’y en avait plus que deux…
    Très surpris, et même peiné, il dit à Dieu:
    « Je vois que c’est justement dans les moments
    difficiles que tu m’as laissé seul… »
    « Mais non! lui répondit Dieu,
    dans les moments difficiles,
    il y avait seulement les traces de mes pas à moi,
    parce qu’alors…
    je te portais dans mes bras… »

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s