Le Café

.

Le café
.

.
Il est une liqueur, au poëte plus chère,

Qui manquait à Virgile, et qu’adorait Voltaire ;

C’est toi, divin café, dont l’aimable liqueur

Sans altérer la tête épanouit le coeur.

Aussi, quand mon palais est émoussé par l’âge,

Avec plaisir encor je goûte ton breuvage.

Que j’aime à préparer ton nectar précieux !

Nul n’usurpe chez moi ce soin délicieux.

Sur le réchaud brûlant moi seul tournant ta graine,

A l’or de ta couleur fais succéder l’ébène ;

Moi seul contre la noix, qu’arment ses dents de fer,

Je fais, en le broyant, crier ton fruit amer,

Charmé de ton parfum, c’est moi seul qui dans l’onde

Infuse à mon foyer ta poussière féconde ;

Qui, tour à tour calmant, excitant tes bouillons,

Suis d’un oeil attentif tes légers tourbillons. 

Enfin, de ta liqueur lentement reposée, 

Dans le vase fumant la lie est déposée ; 

Ma coupe, ton nectar, le miel américain,

Que du suc des roseaux exprima l’Africain, 

Tout est prêt : du Japon l’émail reçoit tes ondes, 

Et seul tu réunis les tributs des deux mondes.

Viens donc, divin nectar, viens donc, inspire-moi. 

Je ne veux qu’un désert, mon Antigone et toi.

A peine j’ai senti ta vapeur odorante,

Soudain de ton climat la chaleur pénétrante 

Réveille tous mes sens ; sans trouble, sans chaos,

Mes pensers plus nombreux accourent à grands flots. 

Mon idée était triste, aride, dépouillée ; 

Elle rit, elle sort richement habillée, 

Et je crois, du génie éprouvant le réveil, 

Boire dans chaque goutte un rayon du soleil.
.

.
❤️ Jacques DELILLE (1738-1813) ❤️
.

.
  

Publicités

5 commentaires sur “Le Café

  1. loisobleu dit :

    LA GRASSE MATINEE

    Il est terrible
    le petit bruit de l’oeuf dur cassé sur un comptoir d’étain
    il est terrible ce bruit
    quand il remue dans la mémoire de l’homme qui a faim
    elle est terrible aussi la tête de l’homme
    la tête de l’homme qui a faim
    quand il se regarde à six heures du matin
    dans la glace du grand magasin
    une tête couleur de poussière
    ce n’est pas sa tête pourtant qu’il regarde
    dans la vitrine de chez Potin
    il s’en fout de sa tête l’homme
    il n’y pense pas
    il songe
    il imagine une autre tête
    une tête de veau par exemple
    avec une sauce de vinaigre
    ou une tête de n’importe quoi qui se mange
    et il remue doucement la mâchoire
    doucement
    et il grince des dents doucement
    car le monde se paye sa tête
    et il ne peut rien contre ce monde
    et il compte sur ses doigts un deux trois
    un deux trois
    cela fait trois jours qu’il n’a pas mangé
    et il a beau se répéter depuis trois jours
    Ça ne peut pas durer
    ça dure
    trois jours
    trois nuits
    sans manger
    et derrière ces vitres
    ces pâtés ces bouteilles ces conserves
    poissons morts protégés par les boîtes
    boîtes protégées par les vitres
    vitres protégées par les flics
    flics protégés par la crainte
    que de barricades pour six malheureuses sardines..
    Un peu plus loin le bistrot
    café-crème et croissants chauds
    l’homme titube
    et dans l’intérieur de sa tête
    un brouillard de mots
    un brouillard de mots
    sardines à manger
    oeuf dur café-crème
    café arrosé rhum
    café-crème
    café-crème
    café-crime arrosé sang !…
    Un homme très estimé dans son quartier
    a été égorgé en plein jour
    l’assassin le vagabond lui a volé
    deux francs
    soit un café arrosé
    zéro franc soixante-dix
    deux tartines beurrées
    et vingt-cinq centimes pour le pourboire du garçon.
    Il est terrible
    le petit bruit de l’œuf dur cassé sur un comptoir d’étain
    il est terrible ce bruit
    quand il remue dans la mémoire de l’homme qui a faim.

    Jacques Prévert

    Quel café
    à ras biqua
    tu m’arômes mon Ideelle

    N-L 14:04:16

    Aimé par 1 personne

  2. […] via Le Café — Le monde est dans tes yeux … […]

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s