Les Arbres 

.
Les arbres
.

.
… C’est qu’ils portent en eux, les arbres fraternels, 
.Tous les débris épars de l’humanité morte

Qui flotte dans leur sève et, de la terre, apporte 

A leurs vivants rameaux ses aspects éternels.
.

.
Et, tandis qu’affranchis par les métamorphoses, 

Les corps brisent enfin leur moule passager, 

L’Esprit demeure et semble à jamais se figer 

Dans l’immobilité symbolique des choses.

.

.
❤️ Armand SILVESTRE ❤️
.

.
  

Publicités

8 commentaires sur “Les Arbres 

  1. Pat dit :

    Heureusement bientôt, la brise du Printemps, agitant de nouveau… quelques rameaux pensants, nous soufflera les mots qu’il faut au bon moment. Qu’il est beau ce poème!

    J'aime

  2. Georges 2679 dit :

    Quel beau poème, je ne le connaissait pas et superbe photo
    Bonne journée
    Bisous

    J'aime

  3. gaïa dit :

    « Et, tandis qu’affranchis par les métamorphoses, les corps brisent enfin leur moule passager ». Un très beau poème et une photo qui traduit bien cet instant d’éternité 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s