Nature Morte

NATURE MORTE
Nature morte, coeur immobile, innocent, 

Indélébiles sont les marques du temps …
Fragile était la Fleur,

Eclose dans la peur,
Même sous un soleil d’hiver

Parfois perce un rayon téméraire,
S’épanouissant dans la couleur,

Juste comme en apesanteur …

*** Idéelle, 2 novembre 2015 ***

   

13 réflexions sur “Nature Morte

  1. Mieux que sentir soudain c’est un flot.Le navire se remet debout, des anémones au coeur de l’oeil, l’iris du bouton lâche son suc opalin.
    Ce seoir dans le potager des immortelles pendent au plafond du ciel…
    Ta robe bleue s’est assise sur la chaise, je te vois dans les carreaux de la nappe.

    N-L 3 Novembre 2015

    J'aime

  2. Du sommeil entré d’une cabane sort en essaims un m’aime cri, peuplant l’hiver d’une chaleur que le sel conserve…L’automne en étendant sa couverture de feuilles prépare le printemps, toutes odeurs intactes à l’intime…
    Il me semble sentir une voix sortir du bois…comme niant l’oeuf vide.

    N-L 3 Novembre 2015

    Aimé par 1 personne

  3. Cet amour

    Cet amour
    Si violent
    Si fragile
    Si tendre
    Si désespéré
    Cet amour
    Beau comme le jour
    Et mauvais comme le temps
    Quand le temps est mauvais
    Cet amour si vrai
    Cet amour si beau
    Si heureux
    Si joyeux
    Et si dérisoire
    Tremblant de peur comme un enfant dans le noir
    Et si sûr de lui
    Comme un homme tranquille au milieu de la nuit
    Cet amour qui faisait peur aux autres
    Qui les faisait parler
    Qui les faisait blêmir
    Cet amour guetté
    Parce que nous le guettions
    Traqué blessé piétiné achevé nié oublié
    Parce que nous l’avons traqué blessé piétiné achevé nié oublié
    Cet amour tout entier
    Si vivant encore
    Et tout ensoleillé
    C’est le tien
    C’est le mien
    Celui qui a été
    Cette chose toujours nouvelle
    Et qui n’a pas changé
    Aussi vrai qu’une plante
    Aussi tremblante qu’un oiseau
    Aussi chaude aussi vivant que l’été
    Nous pouvons tous les deux
    Aller et revenir
    Nous pouvons oublier
    Et puis nous rendormir
    Nous réveiller souffrir vieillir
    Nous endormir encore
    Rêver à la mort,
    Nous éveiller sourire et rire
    Et rajeunir
    Notre amour reste là
    Têtu comme une bourrique
    Vivant comme le désir
    Cruel comme la mémoire
    Bête comme les regrets
    Tendre comme le souvenir
    Froid comme le marbre
    Beau comme le jour
    Fragile comme un enfant
    Il nous regarde en souriant
    Et il nous parle sans rien dire
    Et moi je l’écoute en tremblant
    Et je crie
    Je crie pour toi
    Je crie pour moi
    Je te supplie
    Pour toi pour moi et pour tous ceux qui s’aiment
    Et qui se sont aimés
    Oui je lui crie
    Pour toi pour moi et pour tous les autres
    Que je ne connais pas
    Reste là
    Lá où tu es
    Lá où tu étais autrefois
    Reste là
    Ne bouge pas
    Ne t’en va pas
    Nous qui nous sommes aimés
    Nous t’avons oublié
    Toi ne nous oublie pas
    Nous n’avions que toi sur la terre
    Ne nous laisse pas devenir froids
    Beaucoup plus loin toujours
    Et n’importe où
    Donne-nous signe de vie
    Beaucoup plus tard au coin d’un bois
    Dans la forêt de la mémoire
    Surgis soudain
    Tends-nous la main
    Et sauve-nous.

    Jacques Prévert

    (Extrait de Paroles, Paris, Gallimard, 1946)

    Aimé par 1 personne

      • Dois-je te dire ou te taire ce que CET AMOUR a de couleurs d’aujourd’hui sans que le temps en ait terni la force, preuve que le tant sait se décaler, pour que l’un plante avant que l’autre sente. L’avant, le pendant n’ont rien d’après qui arrête et qui dépende de l’âge où on naît. Rien. Seul l’amour est éternel…merci Idéelle mon.

        N-L 3 Novembre 2015

        Aimé par 1 personne

      • LE JARDIN

        Des milliers et des milliers d’années
        Ne sauraient suffire
        Pour dire
        La petite seconde d’éternité
        Où tu m’as embrassé
        Où je t’ai embrassée
        Un matin dans la lumière de l’hiver
        Au parc Montsouris à Paris
        A Paris
        Sur la terre
        La terre qui est un astre.

        Jacques Prévert
        (Extrait de Paroles)

        Et moi de m’aime comme pas un autre…

        N-L 3 Novembre 2015..

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s