4 réflexions sur “… A l’heure …

  1. Au matin toujours marqué des zébrures de la chute d’un soir, la lame bleuie de feu s’applique à cautériser la blessure. De la peau tendue comme un tambour un mouvement dense transmet le signe de reconnaissance apte à redonner au soleil son pouvoir de vaincre l’ombre. L’union des extrêmes au TOUT créé, pose lèvres à lèvres la langue d’un interminable baiser. Rien que la couleur du bruit de plumes que les arbres manifestent oppose sa force au discours de la brute non équarrie dont la notion d’amour est limitée à sa seule satisfaction. Être que l’un sans l’autre ne peut que demeurer néant.

    Niala-Loisobleu
    2 Novembre 2015

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s