LUIS

8 – FRISSON (S)

Luis ! 

Et si Demain

Je le regardais se lever,

S’étendre et se répandre,

Sur et en tout ….

Eteindre

Sans feindre

La lumière du passé

De l’Enfance brisée …

A nouveau, fouler aux pieds

L’herbe de mes roulades boucliers

Respirer à pleins poumons

Cette odeur de revivons.

Et rire, encore

Et en corps,

Rire comme je respire

Par nécessité, par plaisir,

Juste fermer les yeux

Pour te voir en voeux

Allongée au milieu des feuilles

De là je t’accueille …. 

*** Idéelle, 9 septembre 2015 ***

  

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s